Suivi annuel de la population de Faucon d’Éléonore de Mogador : un succès de conservation !

Le Faucon d’Éléonore de l’Archipel d’Essaouira fait l’objet d’un suivi assez régulier depuis 2010 ; les objectifs étant, d’une part, le recensement de la population reproductrice et, de l’autre, le relevé de paramètres démographiques comme le nombre d’œufs/nid ( grandeur ponte et le nombre de jeunes à l’envol par couple. Ces paramètres renseignent sur l’état de la population actuelle de cette emblématique des espaces insulaires.

Ce travail est réalisé dans le cadre de l’Initiative des Petites Îles de Méditerranée (PIM) et du Programme COGITO en partenariat avec le Département des Eaux et Forêts, l’Institut scientifique de Rabat, le GREPOM, le Conservatoire du Littoral et Association PIM.

Rappelons que l’Archipel d’Essaouira est classé comme Réserve Biologique depuis 1980 ; les actions d’interdiction d’accès et de surveillance mises en œuvre depuis la date de ce classement (à l’exception de quelques pêcheurs déclarés aux autorités), ont largement contribué à la croissance régulière de la population reproductrice du Faucon d’Éléonore (l’effectif est passé de 60 couples en 1980 à un chiffre stabilisé entre 2018 et 2021 autour de 1500).

La colonie de l’archipel d’Essaouira est actuellement la plus importante au sein de l’aire de nidification de l’espèce (Méditerranée, Maroc Atlantique et Archipel des Canaries).

Remarquons qu’au Maroc, en plus de celle d’Essaouira, existe une petite colonie (environ 20-30 couples) sur les falaises marines au nord de Salé et qui est la seule qui soit continentale pour cette espèce typiquement insulaire.

Il s’agit donc là d’un bel exemple de réussite au Maroc (et dans le monde) dans le domaine de la protection des espèces ; un succès qu’il faudra consolider, valoriser et multiplier.

Essaouira et ses habitants peuvent donc être fiers de leur patrimoine naturel (représenté notamment par le très emblématique Faucon d’Éléonore) comme ils le sont déjà de leurs patrimoines culturel et historique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *