Conservation de l’Erismature à tête blanche au Maroc, l’élaboration d’un projet de mise en œuvre des actions de conservation prioritaires

Le Groupe de REcherche pour la Protection des Oiseaux au Maroc n’a eu de cesse d’appliquer sa stratégie fixée à l’horizon 2020, dont le but principal est la conservation des Oiseaux au Maroc.  Dans cette perspective, le GREPOM a organisé du 07 au 09 Août 2017, en partenariat avec le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et la Lutte Contre la Désertification, un Atelier pour la « Conception d’un Plan d’Action National pour la Conservation de l’Erismature à tête blanche au Maroc et l’élaboration d’un projet de mise en œuvre des actions de conservation prioritaires ».  Cet Atelier s’inscrit dans le cadre du projet financé par l’AEWA (African-EurasianMigratoryWaterbirds Agreement) intitulé   « Appui à la conservation de l’Erismature à tête blanche (Oxyura leucocephala) au Maroc : Identification des sites clés, amélioration des connaissances sur l’espèce et renforcement des capacités des gestionnaires

Cet atelier vient pour mettre en lumière l’Erismature à tête blanche (Oxyura leucocephala), un anatidé globalement menacé dont la population mondiale se situe autour de 13.000 individus et qui est sur la (liste rouge UICN;  autant qu’espèce en danger).  Au Maroc, l’ETB se reproduisait jusqu’au début du 20ème siècle, mais s’est raréfiée vers la moitié du même siècle avant de disparaître complètement du pays. C’est vers le milieu des années 1990s que l’espèce est réapparue dans le Plan d’eau de Dwiyate, puis elle est devenue plus régulièrement observée dans différentes Zones humides (Ex. Embouchure de la Moulouya, Merja Bargha, Merja de Fouwarate, Merja de Sidi Boughaba, Barrage El Mehraz, Sebkha Fida Ameziane, Sebkha Bou Areg …).

Ainsi, sa reproduction au Maroc a été observée dans la Merja de Sidi Boughaba, le Barrage El Mehraz et le Plan d’eau de Dwiyate.

Conscient de la vulnérabilité de cette espèce à l’échelle nationale et internationale et dans le cadre de la mise en œuvre de sa convention avec le HCEFLCD qui vise à contribuer de manière concrète à la conservation de plusieurs espèces d’avifaune, notamment à travers la conception et mise en œuvre de Plans d’Action Nationaux pour leur conservation,  le GREPOM a jugé crucial de démarrer ce processus pour l’Erismature à tête blanche, à travers ce projet, pour conserver ce canard menacé ainsi que ses sites de présence privilégiés, notamment ceux de nidification. Ainsi, cet atelier de travail a été l’occasion de réunir plusieurs experts pour élaborer la première ébauche du plan d’action national pour la conservation de l’ETB au Maroc.

Lors de la première journée de l’atelier, la présence s’est levée pour la lecture de Sourate Al-Fatiha à la mémoire du défunt « Abdelaziz EL IDRISSI ESSOUGRATI » l’un des brillants membres du GREPOM que Dieu l’accueille dans son vaste paradis.

Après un bref aperçu sur l’état d’avancement du projet Asmaâ Ouassou, Chargée de Conservation du GREPOM a présenté l’état des connaissances sur l’Erismature à tête blanche à savoir son statut, sa distribution, sa biologie et son écologie. Après cet aperçu sur l’espèce, Mme El Hamoumi animatrice et modératrice de cet atelier a pris le relais pour présenter et démarrer la première session de travail consacrée à l’analyse des menaces auxquelles l’ETB est confrontée et leur hiérarchisation selon leur degré d’impact et de prévalence. A cet égard, les participants ont été appelés à se mettre en 3 groupes pour une session de brainstorming qui a abouti à la synthétisation des menaces clés qui pèsent sur la population de l’ETB au Maroc.

La deuxième journée a débuté par une récapitulation des menaces déjà identifiées, avant de passer à l’identification des objectifs généraux et spécifiques du Plan d’action national pour la conservation de l’ETB au Maroc.

La troisième journée de l’atelier fut assez chargée. En effet, Mme El-Hamoumi ainsi que les autres participants ont commencé à évaluer les actions de conservation prioritaires à mener toute en identifiant les partenaires potentiels pour la mise en œuvredudit plan d’action

La clôture de l’atelier a été marquée par un consensus sur les engagements à venir, notamment en ce qui concerne la validation et la publication de la première version du Plan d’action sans oublier le montage du projet qui sera consacré à la mise en œuvre des actions prioritaires pour la conservation de l’ETB au Maroc. Mme Khadija Bourass, directrice exécutive du GREPOM, a ensuite pris la parole pour remercier  tous les participants, notamment les membres du HCEFLCD, sans oublier Mme RhimouElHamoumi l’animatrice de l’atelier, et Asmaâ Ouassou responsable du projet. Elle a également exprimé son souhait de finaliser le plan d’action établi et de le mettre en œuvre dans les plus brefs délais.

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *