Délocalisation des cigognes de Dar As-Sikah (Salé) : Action pour sauver des vies humaines et animales

17200577_2082463898646725_275517600_o

A l’issue d’une étude d’évaluation des risques de collision d’oiseaux avec des avions, effectuée à l’aéroport de Salé, à l’initiative de l’office des aéroports, les cigognes de Dar Assikah ont été identifiées comme menace pour la navigation aérienne. Pour décider du sort de quelque 23 couples installés à l’intérieur de cette maison, la Banque du Maroc s’est adressée au Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte contre la Désertification, qui a constitué une commission à laquelle ont été associés le Groupe de Recherche pour la Protection des Oiseaux au Maroc (GREPOM/BirdLife Maroc) et le Parc zoologique de Rabat. Ladite commission a recommandé de délocaliser cette petite population vers la Maamora, 13 kilomètres loin de l’aéroport, plus précisément dans le domaine forestier (centre de tri) de Bir Lahmar. La construction des nichoirs et le transfert des nids ont été assurés par une entreprise spécialisée, sous l’œil des membres de la commission précitée.

Le HCEFLCD a offert une parcelle de terrain bien protégée pour installer les nichoirs, alors que l’architecture de ces derniers fut l’œuvre du zoo de Rabat, avec le Conseil du GREPOM. Mais il faut surtout saluer la compréhension avec laquelle cette opération écologique a été accueillie par la Banque du Maroc, bien que relativement coûteuse.

La réussite de cette opération sera vérifiée via un suivi de cigognes dans les deux sites objet de cette délocalisation, lequel suivi sera assuré par le GREPOM dans le cadre d’une convention spécifique qui le lie à Bank Al-Maghrib. Ce suivi, démarré en février 2017, se poursuivra au moins jusqu’en avril 2018 ; il sera appuyé par une opération de baguage coloré de cigogneaux.

 

 

 

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *